Articles de santé

Les hormones du bonheur



Nos émotions, nos comportements, nos capacités cognitives, nos pensées dépendent de nos actes comme de notre environnement (nourriture, activités physiques…), lesquels influencent les nombreuses réactions chimiques qui ont lieu dans notre cerveau.

Découverte par les neurosciences, les « hormones du bonheur » sont naturellement produites par notre organisme. Nous pouvons même en stimuler la production par nos propres moyens, en adoptant une alimentation adéquate et une certaine hygiène de vie…Le bonheur serait-il finalement au bout du chemin ?

Qui sont-elles ?

Dopamine, ocytocine, sérotonine ou encore endorphine doivent leur surnom d’« hormones du bonheur » parce qu’elles participent à nos sensations de bien-être et d’équilibre intérieur. Ce sont des substances chimiques naturellement produites par notre cerveau qui assurent la transmission de l’information dans notre corps, que ce soit entre nos neurones (neurotransmetteurs) ou vers nos organes en passant par la voie sanguine (neurohormones).

Comment sont-elles sécrétées ?

La dopamine est produite par nos neurones à partir d’un acide aminé, la tyrosine, quand notre cerveau veut « se faire plaisir » ou accorder une « récompense » à l’organisme. Ce sentiment de plaisir et d’excitation procuré est généralement de courte durée, ce qui nous pousse à recommencer les mêmes actions pour ressentir les mêmes sensations ou en rechercher des plus fortes. Elle joue donc un rôle dans les phénomènes d’addiction mais aussi dans le commencement des mouvements, la motivation, l’attention et la psychose.

Connue pour son rôle clé dans l’accouchement et l’allaitement, l’ocytocine est sécrétée par l’hypophyse, glande du cerveau située à hauteur de nos tempes entre les deux yeux. Sa production est augmentée lors du rapport sexuel, de la grossesse et des relations sociales. Cette hormone favorise l’empathie, la confiance en soi et diminue le stress.

La sérotonine est synthétisée à partir du tryptophane, acide aminé neutre qui provient de l'alimentation, dans le foie, le tractus gastro intestinal, le cerveau et dans différents types cellulaires, les neurones… Elle est produite quand nous nous sentons reconnus à notre juste valeur. Une activité physique, une alimentation saine (légumes crus, hydrates de carbone, banane, prune, viande blanche) combinées aux relations sociales et pensées positives contribuent à stimuler sa production.

L’endorphine est produite par la glande pituitaire de notre cerveau pour soulager le stress et accroitre le plaisir. L’exercice physique favorise la libération d’endorphines dans notre corps au cours de l’exercice, provoquant une sensation de bien-être voire d’euphorie. Sourire, rire, manger certains aliments (comme le chocolat) peuvent favoriser cette libération. Si vous êtes par exemple adepte de la course à pied, les premiers effets liés à la libération d’endorphines apparaitront au bout d'environ 30 minutes d’effort régulier.

Comment favoriser leur production ?

Favoriser leur production serait finalement assez simple, prendre davantage soin de soi permettrait d’accéder facilement au bonheur. En effet, il suffirait de :

  • Bouger au moins 30 minutes par jour en faisant de la course à pied, du vélo ou de la natation pour favoriser la production d’endorphine, sérotonine et dopamine.
  • Se faire plaisir en s’accordant des petites récompenses de temps en temps : manger un carré de chocolat, jouer pour stimuler la production de dopamine, en prenant le soin d’éviter les conduites à risques (drogues, …) favorisant une addiction.
  • Apprécier les petites choses que l’on mène à bien quotidiennement pour libérer la sérotonine.
  • Sortir avec ses amis, sa famille, parler, échanger pour activer la sécrétion d’ocytocine.
  • Manger équilibré et des aliments riches en tryptophane* et en tyrosine**.

Toutefois, la méthode n’est pas si simple, car si c’était le cas, nous serions tous actuellement heureux et nous n’aurions pas à rédiger ce type d’article. En effet, notre organisme est un savant mélange de réactions chimiques, où l’équilibre permanent est la règle : par exemple, l’augmentation de la dopamine conduit à une baisse du niveau de sérotonine et inversement, un excès de dopamine peut entrainer un syndrome de manque et favoriser le développement d’addiction…

Ce qui nous conduit à la conclusion suivante : « chi va piano va sano », une ligne de conduit qui veut dire « qui va doucement va sûrement ». En d’autres termes, prenez le temps de prendre soin de vous, par petites doses, et vous atteindrez l’équilibre tant souhaité !

Article rédigé par Hélène Dauptain, Docteur en pharmacie

*Sources alimentaires de tryptophane : la morue salée, la lotte, le foie, la dinde, les graines de courges rôties, les graines de tournesol, le lait écrémé en poudre, le parmesan, le gruyère, les protéines de soja, la banane, le riz complet, les noix, les noisettes et noix de cajou, les légumes secs, les céréales complètes et le chocolat noir.

**Sources alimentaires de tyrosine : les œufs de poule (et de poissons), le hareng mariné, le soja, le fromage, le chocolat, la banane, les amandes, les avocats, les graines de sésames et de citrouille, la levure de bière et le vin.

Découvrez d’autres informations de santé !