Articles de santé

Les poux sont de retour : êtes-vous prêts ?



Tranquillement installée à la terrasse d’un restaurant avec mes enfants pour profiter de ce premier week-end de rentrée ensoleillé, je découvre soudain que la raison pour laquelle mon plus grand se gratte la tête comme un fou n’a rien à voir avec la chaleur ! Le responsable ? Les trois spécimens de la taille d’un gros moucheron présents sur sa tête et toute leur charmante progéniture ! Si vous ne voulez pas vous retrouver comme moi, n’hésitez pas : équipez-vous et ayez l’œil !

Règle n°1 : Bien connaître son ennemi

Le pou de tête est un minuscule insecte affectionnant particulièrement les zones chaudes et humides de notre cuir chevelu (tempes, derrière les oreilles et la nuque). Il s’agrippe à la racine des cheveux et se nourrit du sang de son hôte lors de morsures successives, responsables de démangeaisons et de petites lésions de grattages au niveau des tempes et de la nuque.

Il ne saute pas, se transmet par contact direct et est un très bon nageur. Les poux femelles pondent 5 à 10 œufs par jour, lesquels donnent des lentes une semaine plus tard : ce sont elles qui restent collées aux cheveux. Le pou peut vivre de 4 à 6 semaines sur un cuir chevelu et 24h dans l’environnement.

Règle n°2 : Adoptez la stratégie qui convient

Votre enfant a des poux ! C’est sûr, pas de doute : il y a des lentes et - aaarghhhhh ! - des poux adultes.

Pas le choix : un traitement capillaire s’impose. Heureusement, vous disposez d’un large éventail de possibilités : shampooing ou lotion traitante ? À base d’insecticide ou de produits naturels (huile de silicone, huiles essentielles) ? Pas d’inquiétude ! Les deux solutions fonctionnent, à condition de respecter les temps de pose, et surtout, surtout, de refaire par précaution une application 8 et 15 jour après la première de façon à bien enrayer le cycle de reproduction du pou. Bien entendu, afin d’être sûr de retirer un maximum d’individu, munissez-vous d’un peigne anti-poux classique ultrafin et passez le dans la chevelure humide de votre cher bambin, mèche par mèche, en insistant au niveau de la racine. Attention, un peigne par enfant !

Il ne faut pas oublier aussi de traiter le linge, les doudous et les casquettes (bonnets si vous êtes en hiver) : en les lavant en machine à 60°C ou bien en les enfermant hermétiquement dans un sac poubelle pendant 2 jours. Mais, il existe une étape cruciale et incontournable dans l’éradication des poux : traiter les appuis-tête de voiture et les canapés avec les sprays anti-poux spécial environnement et ensuite y passer un petit coup d’aspirateur.

Votre enfant n’a pas de poux. Par contre, à l’école, c’est l’invasion qui menace !

Vous déclenchez le plan hors sec : vous donnez les recommandations d’usage à vos enfants (on n’échange pas les élastiques, les bonnets, les écharpes), vous les aspergez une fois par jour de spray répulsif ou de quelques gouttes d’huile essentielle de lavande et vous veillez à ce que votre fille, à la chevelure aussi longue que Raiponce, s’attache les cheveux, en queue de cheval ou chignon, afin d’éviter les contacts directs. Sachez d’ailleurs qu’il existe des élastiques anti-poux imprégnés d’actifs naturels.

Règle n°3 : Vérifiez les têtes de toute la famille

Avec l’aide du peigne ultra fin, en période d’invasion annoncée par l’école ou bien constatée sur vos propres enfants, regardez quotidiennement la nuque, le derrière des oreilles de tous les membres de la famille en portant votre attention sur la racine des cheveux. Cela vous permettra de lancer un traitement à bon escient et non par prévention.

Règle n°4 : Parlez-en à votre entourage

Et oui, il faut en parler. L’école doit être avertie qu’un enfant a des poux, sinon l’aventure continue et peut durer plusieurs mois avant de tomber sur le dénominateur commun. Alors courage ! Prenez une grande inspiration et avouez tout !

Un doute, une question ? N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.

Article rédigé par Hélène Dauptain, Docteur en pharmacie

Découvrez d’autres informations de santé !